Quatre bons conseils pour une vente aux enchères réussie…

Les ventes aux enchères peuvent être intimidantes, en particulier pour les premiers acheteurs, il est donc essentiel de savoir quoi faire et ne pas faire. Quatre bons conseils pour une vente aux enchères réussie…

Être préparé

La préparation avant la vente aux enchères est absolument essentielle au succès. Les acheteurs potentiels devraient parler à leur agent de vente, rechercher les objets qu’ils intéressent, fixer une limite de prix stricte et s’engager à s’y tenir. Une fois que vous avez inspecté une propriété, un objet d’art, un immobilier etc., sachez que vous avez un lien et que vous le voulez, assurez-vous que vos finances sont bien triées. Si votre offre est retenue, vous devrez payer le jour même.

Ne laissez pas les nerfs prendre le dessus

Ne laissez pas les nerfs prendre le dessus

La plus grande erreur de beaucoup d’acheteurs potentiels est de se lancer dans une vente aux enchères et de ne pas enchérir à cause de la nervosité. Si vous avez fait vos devoirs et connaissez la valeur marchande de l’objet a acheté, levez la main et faites une offre ferme et confiante. Même si cela peut être intimidant, une vente aux enchères est un processus véritablement transparent, une négociation qui se déroule au grand jour, avec des personnes qui souhaitent acheter l’article en question.

Pensez à votre langage corporel

Lors d’une vente aux enchères, il est également important de paraître confiant. Vous devez avoir l’air confiant et avoir l’essentiel, comme si vous aviez des poches très importantes, comme si vous pouviez enchérir toute la journée, pour décourager vos concurrents.

Ne soyez pas au téléphone ou ne vous donnez pas l’impression de ne pas être stressé, les autres soumissionnaires seront en mesure de le comprendre. Apparaissez très, très confiant, mettez votre main droite avec une offre décente et vous êtes à mi-chemin.

Ne soyez pas invisible

« En tant que commissaire-priseur, je vais toujours à la rencontre des acheteurs potentiels avant une enchère, afin de m’assurer qu’ils connaissent la législation et les termes et conditions applicables. Il ne sert à rien d’essayer de cacher le dos et de ne pas parler au personnel du commissaire-priseur et de l’agent », explique Marc-Arthur Kohn, un commissaire-priseur français très connu dans le domaine de l’art en France et même à l’étranger.

Si vous êtes vif, poli et courtois dès le départ, le commissaire-priseur sera plus susceptible de s’engager de manière positive avec vous.

Laisser un commentaire